3 semaines à Bali: conseils, itinéraire, budget, que faire

Par Chloé
Pura Ulun Danu Bratan, Bali

Nous avons mené cet été le plus gros voyage de notre vie et sommes partis (un peu moins de) trois semaines à Bali , l’île des Dieux… Nous avons traversé les mers, les océans, les époques et les courants…. Et puis, nous avons découvert une autre civilisation, un territoire frémissant. Ouvert nos êtres et nos esprits. Rencontré. Caressé notre vision de l’Eden du bout des doigts, parfois. Eté charmés par cette terre de tous les clichés, qui, malgré tout, a su garder en son coeur son âme et son authenticité… même si pour l’appréhender, il vous faudra parfois creuser…

Dans cet article, j’ai essayé de répondre à toutes les questions qui m’ont été posées depuis mon retour de Bali, ou de revenir sur tous les points qu’il me semblait utiles d’aborder. N’hésitez pas à poser toute autre question en commentaire ! L’article est donc plutôt pratique, en attendant le récit  plus détaillé dans les articles qui suivront!

Plage Jimbaran, Bali, péninsule Burkit

Jimbaran, péninsule de Burkit

 

 

Pourquoi aller à Bali

 

Si vous m’aviez dit il y a un an que je déciderais de fêter ma 30e année et d’étrenner mon premier passeport pour un séjour en Asie, je vous aurais ri au nez ! De même si vous aviez poursuivi en précisant à Aymeric qu’il m’y accompagnerait ! Il faut dire que Bali, et l’Asie plus généralement, n’étaient absolument pas dans nos projets. J’avais lu très peu d’articles de blog à son sujet, la destination ne m’attirant pas ! C’était sans compter mon influençabilité. Il n’a pas fallu grand-chose, une petite promenade avec mon frère à son retour d’Indonésie, quelques mots, quelques photos de cascades et de rizières à perte de vue… Le projet était lancé !

Convaincre Aymeric n’a pas été évident, il m’a fallu déployer toute ma persuasion et mes arguments… Il est assez rare que nous soyons en tel désaccord sur le choix d’une de nos destinations, mais Bali et l’Asie ne souffrait pas d’une belle image à ses yeux. (Spoiler alert : il a adoré). Il a bien entendu fini par céder (quand j’ai une idée en tête, je ne l’ai pas ailleurs !), mais a appréhendé le moment une bonne partie de l’année, et ce, malgré l’ensemble des commentaires rassurants des membres de notre entourage qui s’y étaient déjà rendus. Ses sources d’inquiétude ? les déplacements sur place, la nourriture (il mange très peu épicé et à des problèmes d’estomac), la distance, l’eau (non potable à Bali)… Un vrai aventurier, haha !

Je pense que c’est également pour cette raison que j’ai choisi Bali comme terrain de découverte du territoire asiatique : l’île n’est pas très étendue, et très développée touristiquement parlant, ce que déplorent certains, mais qui est très rassurant en tant que première expérience pour les plus frileux et les plus réticents !

Cascade Tegenungan, cascade, bali

 

Tegenungan Waterfall

 

Bali peut également s’adresser :

  • aux amoureux de paysages… de rêve , et de nature ! Entre jungle et rizières, entre volcans et cascades, entre plages de sable fin et montagnes… Bali est un déferlement de couleur, un nuancier de bleus, de verts, tacheté de milliers de fleurs ; un éblouissement permanent pour les yeux, un miracle : comment tant de magnificences ont pu être concentrées sur un si petit espace ?
  • aux randonneurs : nous avons quant à nous gravi le Mont Batur de nuit, expérimenté un trek dans la jungle, ou mené une jolie promenade entre trois cascades à Munduk
  • aux amateurs de plongée ou de snorkeling, avec ses eaux claires, sa faune et sa flore sous-marine diversifiées
  • aux surfeurs, qui devraient largement trouver leur bonheur au sud de l’île
  • aux amateurs de culture et de tradition : sur l’île des Dieux, les Indonésiens sont très croyants, et échangent avec plaisir sur leurs coutumes. Les rites, cérémonies, et offrandes sont très importants… Le tout est très intéressant et impressionnant !
  • aux budgets pas si élevés, également : les billets d’avion sont certes assez chers, mais la vie sur place ne coûte pas grand-chose (j’y reviens plus bas dans la partie budget)

Ou ..

  • si vous aimez la bronzette : à Bali, le climat est chaud et ensoleillé, la température moyenne est de 26°, toute l’année. Attention, cependant, Bali se situe en zone tropicale et cette chaleur est très humide : il nous a fallu nous acclimater durant les deux premiers jours, mais après, nous lui avons plus prêté attention. L’année se divise en deux saisons : la saison sèche et la saison des pluies. La mousson a lieu entre octobre et mars, et l’humidité est accrue entre décembre et février (le soleil brille malgré tout quelques heures par jour).
  • Si vous avez besoin d’effervescence, l’île ne dort jamais ! (entre le tourisme et le lever du soleil à 6h…)

 

A noter :

Les balinais sont des personnes simples, extrêmement accueillantes, qui ont le cœur sur la main, et sont d’une gentillesse incomparable…  (Evidemment, en disant cela, je ne pense pas à celles qui vous alpaguent sur le marché !)

Voyager à Bali est aussi une belle aventure humaine , riche en rencontres en tous genres ! (Je pense malgré tout que je n’aurais pas aimé y croiser une araignée, ce qui n’est pas arrivé !)

Il y a bien sûr des choses que nous n’avons pas forcément appréciées à Bali, mais là encore, j’y reviendrai un peu plus bas dans ma partie « Coups de cœur et déceptions ».

 

galungan day, bali

 

 Se rendre à Bali

 

Le trajet est long jusque Bali ! L’île se mérite ! Si vous regardez son emplacement sur une carte (juste au nord de l’Australie), vous comprendrez mieux pourquoi.

J’ai comparé les prix de pas mal de compagnies aériennes, qui varient parfois du simple au double, avant de réserver mes billets sur China Airlines, pour 750 € par personne.  (1493,16 euros exactement pour deux). Chez Lufthansa, ils étaient par exemple deux fois plus chers, tandis que des petits organismes peu connus les proposent à partir de 600 €. N’étant pas très confiante, j’ai préféré privilégier une compagnie nationale. J’avais lu qu’il valait mieux réserver très tôt ses billets, environ 10 mois plus tôt, mais en pratique, je ne sais pas si cela change grand-chose.

Nous avions dans un premier temps trouvé des billets avec une seule correspondance, empruntant les lignes d’  Air France et China Airlines, mais l’accord entre ces derniers a été rompu peu après, et notre vol changé. Nous avions ainsi deux correspondances, l’une à Francfort, l’autre à Taipei, et 19 heures de vol en tout. (2 + 5 + 12) Le vol retour a suivi le même modèle, en sens inverse.

Il s’agissait de mes premiers longs courriers, n’ayant jamais voyagé hors d’Europe auparavant, et nous avons été très satisfaits des services proposés par China Airlines. Peu avant notre départ, j’ai commencé à appréhender le vol, craignant de m’ennuyer, d’avoir faim (je grignote pas mal^^), de ne pas réussir à dormir, puis de souffrir du décalage horaire… Beaucoup d’inquiétudes pour pas grand-chose, puisque j’ai lu, pu (re)regarder les derniers Marvel disponibles dans l’avion, manger toutes les six heures, et dormir sous le plaid proposé par la compagnie. Bref, j’ai découvert qu’on était plutôt bien installé dans les long-courriers … Je vous raconte tout cela pour vous rassurer si c’est votre cas également^^ !

À noter : il est conseillé de porter des bas/chaussettes de compression durant les longs trajets en avion (mais également en voiture, en train, ou en autobus) pour éviter des complications veineuses : les jambes sont pliées, immobilisées pendant un long moment dans une atmosphère pressurisée et déshydratante. N’hésitez donc pas à en parler, comme nous, à votre médecin, puisqu’ils sont gratuits lorsque prescrits par celui-ci.

A noter bis : pour un séjour inférieur ou égal à 30 jours, aucun visa n’est exigé.

 

singes bali

 

Se déplacer à Bali

 

Il y a en fait plusieurs façons de se déplacer à Bali, présentant chacune des avantages et des inconvénients :

  • le scooter.

Les plus : Cette solution, je pense la plus répandue, est de loin la plus avantageuse financièrement parlant (compter au grand maximum cinq euros par jour pour la location et l’essence, et vraiment au grand maximum), et vous offre surtout une totale liberté !

Les moins : Nous n’avons pas opté pour cette solution, pour deux raisons. Souffrant de problèmes de cervicales et de dos, je ne peux pas porter de sac à dos, et autant vous dire que circuler en scooter avec une valise est difficilement possible. De plus, si vous n’avez jamais fait de scooter auparavant, ce qui bien entendu notre cas, Bali n’est peut-être pas le meilleur terrain d’initiation possible. Dire que la circulation est très dense à Bali est un euphémisme : c’est un véritable capharnaüm ! Dans les grandes villes, des dizaines et des dizaines de scooters se croisent en permanence, et je pense que nous aurions eu des sueurs froides en les traversant ! Il ne faut pas se voiler la face, beaucoup de touristes ont des accidents de scooter lors de leur séjour à Bali, nous en avons croisé pas mal. Cela reste tout de même une minorité, rassurez-vous : mon frère, par exemple, n’a rencontré aucun problème sur place.

De plus, attention, l’île ne comporte aucun panneau de signalisation ! Si vous décidez de louer un scooter, tenter d’en obtenir un avec un support pour utiliser votre téléphone en guise de GPS.

 

Rizières, Jatiluwih, Bali

Rizières, Jatiluwih, Bali

 

  • Le taxi « classique »

Les plus : Vous n’avez aucun risque de vous perdre sur l’île. La voiture est également beaucoup plus confortable et pratique pour vous déplacer si vous êtes chargés. Et au moins, cette fois-ci, aucun risque d’accident.

 

Les moins : Evidemment, cette solution est plus coûteuse que le scooter, d’autant plus qu’il vous faudra sans cesse négocier le tarif du trajet avec les chauffeurs, et qu’il est facile de se faire un peu arnaquer…. Lorsque nous avons eu affaire à ce type de chauffeurs (nous avions un chauffeur privé la plupart du temps, j’y reviens plus bas),  je divisais environ par deux le prix annoncé. Pour bénéficier de tarifs fixes, il est recommandé d’emprunter des taxis de la compagnie Bluebird. Celle-ci n’est cependant pas acceptée dans toutes les villes… Une application permet de réserver un chauffeur à toute heure si vous n’en avez pas croisé. Nous l’avons testée le dernier jour pour notre retour à l’aéroport, et je crois que nous nous sommes malgré tout faits avoir puisque notre chauffeur nous a réclamé 10 € de plus que le tarif annoncé sur l’application et sur son compteur  , soi-disant pour une histoire de taxe ou je-ne-sais-quoi ! Nous n’avons pas cherché plus loin, je vous avoue que nous étions las de tout négocier après trois semaines sur place.

Parmi les points négatifs, on peut également noter le manque de liberté, et le fait que vous ne trouverez pas forcément de chauffeurs partout. Ces derniers sont par exemple très présents à Ubud, mais moins dans le nord de l’île…

 

 

rues ubud, Bali

Rues d’Ubud

 

  • Réserver un chauffeur privé

 

À Bali, il est possible de privatiser en amont ou sur place un chauffeur de taxi qui vous suivra tout au long de votre séjour, et pourra également servir de guide dans certains lieux, généralement pour 600 000 roupies indonésiennes par jour (39 euros), et 750 000 vers Munduk et Lovina (ils ont besoin de dormir sur place). Le prix est le même si vous êtes seul, ou deux, ou trois… Nous avons dans un premier temps opté pour cette solution, par facilité, mais avons finalement modulé nos derniers trajets sur les derniers jours… Nos amis Florent et Corinne nous avaient donné le contact Whatsapp de l’adorable et prévenant Wayan, que je ne peux que vous recommander si vous choisissez également cette option ! (Il parle couramment l’anglais, mais pas le français).

Wayan +62 878 6097 8477

Les plus : Comme pour un « taxi classique » : Aucun risque de se perdre sur l’île. Beaucoup plus confortable et pratique pour se déplacer si vous êtes chargés. Évite tout risque d’accident.

Cette solution est cependant beaucoup plus facile en termes d’organisation : vous pouvez planifier plusieurs visites le même jour, puisque votre chauffeur vous suit, vous attend, et vous emmène où vous le désirez durant huit heures. Il peut également vous conseiller sur votre programme, les trajets… Il faut savoir que si les distances peuvent parfois paraître courtes sur le papier, il n’en va pas de même en vrai entre la circulation et l’état des routes ! Ainsi, il faut parfois 1h30 pour parcourir 30 km..

Wayan nous a accompagné lors de quelques visites, nous présentant par exemple, le fonctionnement des temples et quelques points de culture ; ou nous mettant en contact avec les personnes sur place (comme un groupe de pêcheurs, un soir, sur la plage). Le fait, également, de passer beaucoup de temps en sa compagnie noue des liens, et permet de poser toutes les questions qui nous viennent à l’esprit. Nous avons énormément appris sur la culture balinaise, sa religion, sa politique… Wayan nous a également invités à participer à la fête de Galungan dans sa famille, nous prêtant des costumes traditionnels pour assister avec lui à la prière ou à la procession menée pour l’occasion dans son village… Ce moment est certainement l’un des plus beaux de notre séjour, et nous n’aurions jamais pu le vivre sans lui !

 

Les moins : Vous restez tout de même dépendant de votre chauffeur, impossible de vous perdre au hasard des routes… Le voyage reste quelque peu moins spontané qu’en scooter. Côté financier, l’enveloppe à prévoir est également plus fournie, puisqu’il vous faudra compter environ 40 € par jour. Certaines journées ont été très chargées, et je pense qu’avoir privatisé Wayan s’est révélé très rentable !

Cependant, nous nous sommes trouvés un peu embêtés à la fin du séjour, lorsqu’en remontant vers le nord, nous avons allégé notre programme en termes de visites culturelles… et n’avions pas forcément besoin d’un chauffeur à la journée. Nous nous étions un peu emballés dans notre discussion préalable avec Wayan et lui avions fait bloquer des jours finalement peu nécessaires. Il était délicat de renégocier ou d’expliquer à Wayan que nous n’avions pas envie de payer 40 euros et de le faire venir d’Ubud à 1h30 de là pour nous emmener en randonnée à quelques kilomètres et nous attendre toute la journée… ou juste nous emmener à une autre ville à une heure de route… (et qu’il était plus facile pour nous , pour ce, d’emprunter un taxi au hasard sur place). Bref, contrairement à nous, si vous optez pour un chauffeur privatisé, soyez flexibles, réservez les premiers jours en sa compagnie et avisez sur place . ^^

pêcheurs, Lovina, Balipêcheurs, Lovina, Bali

C’est si petit , un hippocampe!

 

  • Le Grab, le Uber balinais , qui permet également de prendre le taxi. Nous ne l’avons pas testé, je ne saurais donc me prononcer à son sujet.

 

  • Le bus. Les lignes de bus ne sont guère répandues à Bali, mais elles existent. Lors de notre passage à Munduk, nous avons passé un peu de temps avec un Autrichien qui peinait à obtenir des informations concernant leurs arrêts ou leurs horaires ! Bref, cette solution semble très peu coûteuse, mais bien difficile à mettre en pratique !

 

  • Les pieds. Ne comptez pas vous déplacer beaucoup à pieds à Bali. Il faut savoir que les balinais ne le font jamais et semblent tout bonnement greffés à leur scooter (et ce, dès l’âge de 10 ans, haha !). Ils seront d’ailleurs très étonnés si vous leur dites que vous avez marché une heure à pied. Nous l’avons parfois fait, par exemple entre Nusa Lembongan et Nusa Cenningan, mais il faut vraiment le vouloir, car vous ne croiserez que rarement des trottoirs… et selon les lieux et la circulation, l’air sent fortement l’essence… (Ce qui me rendait malade !)

 

lever de soleil, mont Batur, Bali

 

Lever de soleil, Mont Batur

 

Itinéraire détaillé , 2-3 semaines à Bali 

 

Durant ces deux – trois semaines à Bali, j’ai essayé de ne pas planifier des journées trop chargées, pour profiter tout de même un peu des plages et des piscines de nos hôtels (il s’agissait de nos vacances d’été, tout de même !) tout en découvrant sans nous presser les sites qui nous intéressaient. C’est également pourquoi j’ai prévu 18 vrais jours sur place, et non pas deux semaines. Je suis plutôt satisfaite de notre itinéraire, qui nous a menés un peu partout autour de l’île, exception faite de la côte d’Amed, plutôt dédiée aux amateurs de plongée ou de snorkeling.^^ Le jour 12 a été le seul un peu creux : nous étions partis assez tôt en randonnée, revenus assez tôt également, et l’après-midi est un peu longuette. Peut-être aurions-nous pu partir à Lovina dès cet après-midi là, mais nous avions réservé un cours de cuisine pour le lendemain matin.

Côté hôtels,  j’avais réservé la plupart de hébergements en amont, par habitude… Il faut dire que c’est plus pratique et économique lorsqu’on voyage en Europe ! En Asie, ce n’est pas nécessaire , vous pouvez clairement improviser au jour le jour, en regardant sur Booking/Agoda ou en négociant sur place, ce qui vous laisse tout de même plus de flexibilité sur votre programme. (Personnellement, j’avais pris des hôtels annulables gratuitement et ai fait quelques modifications une fois à Bali).

 

Itinéraire Bali, 3 semaines, road-trip

 

Jour 1:

Arrivée, prise des marques. Direction Kuta, ville-étape pour nous, qui ne nous attire guère et est située à deux pas de l’aéroport pour nous remettre de l’avion en nous prélassant au bord de la piscine. Finalement, on apprécie plutôt cette ville animée, dépaysante au premier regard !

Nuit : Kuta Bakung Beach Resort – 23 euros avec petit-déjeuner. Je recommande : bel hôtel, belle piscine, bonne situation.

 

Jour 2 : La péninsule de Bukit

Direction Uluwatu, en passant par les plages de Jimbaran, Bingit, et Badang-Badang, où nous passons l’après-midi.

Nuit : Breeze Hidden Village : 29 euros pour deux nuits. Un peu excentré si l’on n’a pas de scooter, sinon logement très sympa, et famille adorable.

 

Jour3 : La péninsule d’Uluwatu

Visite de Pura Luhur Uluwatu.

Après-midi sur Thomas Beach.

 

Nuit : Breeze Hidden Village 

 

Jour 4 : Vers Ubud

Visite des temples de Tanah lot et Taman Ayun (Mengwi Royal Temple)

Nuit : Narda House Ubud, tout était juste parfait ! La situation, le calme, l’accueil, la chambre… 145 euros pour 6 nuits.

 

singes, bali

 

Jour 5 : Autour d’Ubud – circuit avec Wayan

Barong and Keris Dance à Sukawati

Tegenungan Waterfall (cascade)

Goa Gàjah (Elephant Cave Temple)– temple

Gunung Kawi Temple-temple

Tirta Empul (Holy Spring Temple)-temple

Tegalalang Rice Terrace-rizières : nous ne nous y sommes pas attardés mais il est possible d’explorer les rizières en vélo électrique !

Excursion disponible à reserver ici

Ou sur un Circuit encore plus complet ici

Nuit : Narda House Ubud

 

Jour 6 : Galungan Day

Cérémonie, moments en famille chez Wayan, balade à Ubud.

Nuit : Narda House Ubud

 

Jour 7 : Mont Batur

Montée du Mont Batur (départ à 2h du matin, retour vers 9h30), balade à Ubud (forêt des singes, spectacle de danse)

Nuit : Narda House Ubud

danse bali, Ubud

 

 

Jour 8 : A l’est d’Ubud

Tirta Gangga -bains royaux

Taman Ujung – palais des eaux

Pantai Bias Tugel (plage magnifique)

Nuit : Narda House Ubud

 

Jour 9 : Dernier jour à Ubud

Balade, Campuan Ridge Walk (petite randonnée dans les rizières), achat de souvenirs sur le marché, massage…

Nuit : Narda House Ubud

 

Jour 10 : Vers Munduk

Rizières de Jatiluwih.

Temple de Pura Ulun Danu Bratan, au bord du lac Beratan.

Passage devant les Twin lakes.
Arrivée à Munduk.

Nuit : Made Homestay, 37 euros , 3 nuits avec petit-déjeuner. Accueil parfait mais chambre peu insonorisée. Beaucoup de bruit la nuit (comme partout à Munduk).

pêcheurs, Lovina, Bali

 

Jour 11 : Munduk

Trek dans la jungle (excursion réservée sur place avec ce guide :  +62 822 3660 0967)

Balade dans les rizières de Munduk avec nos nouveaux amis rencontrés sur place ^^ !

Nuit : Made Homestay

 

Jour 12 : Munduk

Trek des cascades.

Nuit : Made Homestay

 

Jour 13 : Munduk -> Lovina

Cours de cuisine au « Warung made’s » (+62 852 3745 7641), puis route vers Lovina.
Balade sur la -déserte- plage Mentari (sable noir).

Nuit : Gede Homestay Lovina (16 euros, 2 nuits avec petit-déjeuner). Je ne recommande pas. Lieu très beau mais chambre sale et malodorante.

Réserver une nuit dans un autre hôtel à Lovina

 

réalisation de décorations, bali

 

Jour 14 : Lovina et alentours

Croisière pour aller voir les dauphins au lever de soleil.
Cascades d’Aling Aling.

Bains de Banjar (sources chaudes)

Plage à Lovina.

Nuit : Gede Homestay Lovina

 

Jour 15 : Direction Sanur, ferry pour Nusa Lembongan.

Nusa Lembongan, balade sur l’île. (Dream Beach, Mushroom Beach, coucher de soleil sur Devil’s Tears)

Nous avons négocié nos allers-retours à 30€ par personne, vous les trouverez ici à 29 € avec transfert depuis votre hôtel (villes indiquées sur le site concerné)

Nuit : Royal Cottage, 101 euros pour 3 nuits, l’hôtel le plus cher mais aussi le plus parfait de notre séjour. Rien à redire, literie de qualité, décoration soignée, accueil plus que chaleureux, personnel adorable, bonne situation, petits-déjeuners copieux…

 

Jour 16 : Nusa Lembongan – Nusa Cenningan

A pieds. Les deux îles sont reliées par un pont. Direction Nusa Cenningan en passant devant la Sunday beach, balade sur l’île (Blue Lagoon, Secret Beach), retour à Nusa Lembongan.

Nuit : Royal Cottage

Blue Lagoon, Nusa Cenningan

Blue Lagoon, Nusa Cenningan

 

Jour 17 : Excursion à Nusa Penida

En compagnie de Kadek (Kadek +62 852 8377 5549), conseillé par Wayan : Billabong Angel, Broken Beach, Kelingking Secret Point, Crystal bay

Nuit : Royal Cottage

 

Jour 18 : Retour à Sanur.
Nuit : Tirta Ening Anung Hotel, 19 euros avec petit-déjeuner. Hôtel très correct.

Et repos au bord de la piscine !

 

Jour 19 : Vol retour.

Royal Cottage, Nusa Lembongan, Bali

Royal Cottage

 

 Coups de cœur et déceptions à Bali 

 

Côté plages 

Nos préférées :

  • Thomas Beach
  • Pantai Bias Tugel
  • PadangPadang
  • Jimbaran
  • Les plages sable noir de Lovina, désertes (Mentari …)

Aucune déception ou presque du côté des plages, toutes sont magnifiques et étonnamment peu fréquentées, certainement en raison du vent et des vagues. Il n’y a que sur le petit ensemble de Nusa Lembongan / Cenningan / Penida que nous avons croisé plus de bronzeurs et de baigneurs.

 

On a moins aimé :

Crystal Bay , plus ambiance Côte d’Azur que Bali ^^ !

 

Jimbaran, Bali

Jimbaran

 

Côté temples 

Nos préférés :

  • Taman Ayun
  • Gunung Kawi Temple
  • Pura Luhur Uluwatu

On a moins aimé :

  • Pura Ulun Danu Bratan, le Disneyland des Temples (On peut y faire du jet-ski sur le lac Beratan… Dans un temple ! Cela m’a un peu choquée…)

Pura Luhur Uluwatu, Bali

 

Côté randonnées 

Nos préférées :

  • Le trek dans la jungle autour de Munduk , se terminant par une balade en pirogue sur le lac Temblingan, un moment unique !
  • Le Mont Batur, évidemment.
  • Le trek des 3 cascades à Munduk.
  • Le tour complet des rizières de Jatiluwih.

RANDONNEE DU MONT BATUR

Pour la randonnée du Mont Batur, un guide est obligatoire. Nous nous sommes organisés avec notre chauffeur qui nous y a menés et mis en contact avec un guide sur place. Il est également possible de réserver l’excursion auprès de nombreuses agences dans les rues d’Ubud. Vous pouvez également opter pour cet itinéraire couplant le trek sur le Mont Batur et un bain dans les sources thermales situées à son pied.
Vous pouvez RESERVER ICI la randonnée ! 🙂

On a moins aimé :

  • Campuan Ridge Walk à Ubud. La balade est agréable mais moins impressionnante que celles mentionnées ci-dessus.

 

Côté paysages divers 

Nos préférés :

  • Les plages et rizières de Jatiluwih cités plus haut, les cascades de Munduk
  • Blue Lagoon (Nusa Cenningan)
  • Kelingking Secret Point à Nusa Penida

 

On a moins aimé :

  • Les «  entre-deux sites », assez sales, reconvertis en déchetteries improvisées .

 

Côté « activités »

Nos préférées :

  • Le cours de cuisine à Munduk. Made est adorable, nous nous sommes très bien entendus et avons beaucoup ri avec lui ! Nous avions adoré ses plats la veille et c’est pour cela que nous avions choisi de nous inscrire à ses cours de cuisine… Je recommande !
  • Les massages balinais (une heure, 6 euros), qui font un bien fou, les masseuses travaillant bien les zones de tension… (et avec mes problèmes de dos, je parle en connaissance de cause !)
  • La Barong and Keris Dance à Sukawati, qui narre l’histoire du Barong en danses et en musique.
  • Les sources chaudes de Banjar, qui font un bien fou!

COURS DE CUISINE A MUNDUK :
Notre cours durait environ 2h. Vous pouvez également opter pour un cours de 7h incluant une visite sur un marché et dans les rizières, et les notions de base pour cuisiner 2 sauces balinaises et jusqu’à 7 recettes différentes.
Pour réserver un cours de cuisine, cliquez ici ! 

On a moins aimé :

  • La croisière à Lovina pour aller voir les dauphins. Nous sommes partis de notre hôtel, à 6 sur un petit bateau, étions dans un premier temps seuls sur l’eau, au calme, avancions tout doucement… Le soleil a commencé à colorer le ciel, nous avons pu apercevoir quelques dauphins au loin. Un moment unique… qui aurait du s’arrêter là.  Puis, un peu plus tard nous avons rejoint d’autres bateaux, tous concentrés en un même point pour faire la chasse aux dauphins en fonçant sur eux dès qu’ils en apercevaient un. Et ce, sous les cris réjouis des passagers (mais pourquoi crier ainsi ?). La sortie est devenue malaisante, je n’avais plus qu’une envie : rentrer… Et le respect, dans tout ça ? Ne peut-on pas se contenter d’observer ces pauvres animaux au loin, les respecter ? Bref, je ne conseillerais pas, et ne referais pas de cette façon. Depuis, j’ai lu que le Lovina Dolphin Tour d’Edi (+62 852 3747 7172) était beaucoup plus qualitatif et respectueux.

 

Dauphins, Lovina, Bali

 

Et plus généralement, on a aimé 

 

  • La générosité et l’accueil des balinais, l’un des peuples les plus chaleureux qui nous a été donnés de côtoyer ! Tous sont souriants, prompts à vous aider, à vous conseiller, à vous rendre service…
  • Découvrir tout un tas de spécificités de la culture balinaise, radicalement différente de la nôtre ! Nous avons eu la chance de venir pendant les fêtes de Galungan et Kuningan, le plus gros événement de l’île qui s’y tient tous les 210 jours, nous n’aurions pas pu mieux tomber ! Durant 10 jours, les dieux balinais descendraient alors sur terre pour festoyer et commémorer la victoire de Dharma (le bien) contre Adharma (le mal). Les ancêtres des balinais reviendraient également pour participer aux festivités et profiter des offrandes. Bali ne semble alors plus vivre qu’à cet effet. Les écoles sont fermées, les femmes balinaises s’attellent plus que jamais à la réalisation de décorations en bambou et en feuilles de palmier ; et les journées semblent rythmées par les offrandes, chants, processions, et combats de coqs.

 

On a moins aimé :

  • Devoir tout négocier et marchander (le taxi, les prix sur le marché, les activités, le prix du ferry…), ce qui fait partie de la culture ici mais est assez déconcertant et usant. On n’a pas souvent idée de la valeur de l’objet qui nous intéresse, et l’on se demande souvent si l’on ne se fait pas avoir … Heureusement, les marchands ne sont pas agressifs, ce qui facilite la discussion !
  • La pollution dans l’air . Comme je vous l’ai expliqué plus haut, dans les villes, rien n’est véritablement aménagé pour les piétons, et les scooters sont légion ! Nous nous sommes un peu plus baladés à pied les derniers jours, n’ayant que de courtes distances à parcourir… et les odeurs me rendaient malade !

 

rues ubud, bali

La circulation à Ubud

 

 Le tourisme à Bali

 

On ne va pas se voiler la face, Bali est certainement un pays les plus touristiques au monde, et les conséquences parfois désastreuses du tourisme de masse font beaucoup parler… les locaux (qui souffrent du manque de respect des touristes) et les visiteurs… J’ai moi-même été choquée face à certaines situations et que j’ai pu rencontrer : des personnes faisant un quart d’heure la queue pour prendre tous la même photo à Kelingking Secret Point (mais pourquoi !?), un stand jet ski sur le lac Beratan… dans un temple !, des balançoires installées un peu partout au niveau des « spots instagrammables » (avec parfois la location de la grande robe rouge qui rendra le cliché encore plus… cliché !), des touristes équipés d’un téléphone supplémentaire ou d’un miroir pour obtenir un beau reflet sur leur photo, la chasse aux dauphins évoquée plus haut… Entre les installations qui dénaturent entre le paysage et Instagram qui transforme certains coins en parc d’attraction, on peut se demander si Bali a conservé son âme ?

Personnellement, je dirais que oui, car heureusement, les cas évoqués plus haut ne sont pas non plus une généralité. Mon article est déjà bien trop long pour que j’entre dans un débat sur les dérives d’Instagram, l’uniformité de son contenu et ses utilisateurs désireux d’en mettre plein la vue à leurs abonnés , parfois en « truquant » le paysage ; mais le cœur y est. Ce n’est personnellement pas du tout ce que je cherchais à Bali, et heureusement. Le voyage se vit IRL et non URL !

Galungan Day, Bali

 

Il reste encore énormément de lieux beaux et authentiques à Bali, qui ne sont pas des spots Instagram ou à jet ski ^^ ! Et au-delà de ça, Bali , et, j’imagine, l’Asie plus généralement, ne s’appréhende pas que par ses paysages. Ses coutumes, ses traditions, ses célébrations, ses danses… constituent sa plus grande richesse, et c’est au cœur de la population et auprès des locaux qu’elles s’apprécient le plus.

Pour apprécier Bali, il vous faudra aussi savoir prendre votre temps, ne pas hésiter à prendre un guide personnalisé lorsque la situation le permet…  (Ce n’est pas si cher , comme vous pourrez le constater ci-dessous avec notre budget!) Comme je vous l’ai expliqué plus haut, nous avons énormément appris avec Wayan ! Autre exemple : notre trek de trois heures en plein cœur de la jungle avec un guide juste pour nous a été l’une de nos activités favorites durant ce séjour. Nous avons découvert énormément de choses sur la faune et la flore locales !

 

Cascades, Munduk

 

Randonnée des cascades, Munduk

 

 Budget pour 2 pour 18 jours à Bali 

 

Avion : 1500 euros

Hôtels : 370 euros (moyenne de 20,5 euros par nuit pour deux)

Transports (taxi, bateau, taxi et guide pour le mont Batur car c’était un lot) : 560 euros environ.

Repas : 397, 5 euros : arrondissons à 400 euros.

Sorties : 220 euros

Divers (carte sim, massages…) : 48,30 euros : arrondissons à 50 euros.

 

Total : 3100 euros pour deux, soit 1550 euros par personne.

 

Non compris dans ce budget : les souvenirs achetés sur place.

 

Comme on peut le constater, le coût de la vie à Bali est très peu élevé, notamment en ce qui concerne la nourriture. On mange généralement pour trois – quatre euros par personne ! (Nous ne commandions cependant pas d’alcool, mais je prenais généralement un dessert).

La majorité du budget est partie dans l’avion, forcément, mais aussi dans le transport. Comme je l’ai expliqué plus haut, le scooter est plus économique ! Côté activités, nous nous sommes faits plaisir, mais, comme vous pouvez le constater, là aussi, les tarifs des guides et différents sites visités sont plutôt raisonnables .

Galungan Day, Bali

Procession, Galungan Day

 

La monnaie balinaise

 

L’unité monétaire et la roupie indonésienne (rupiah, rp). Elle se divise en billets de 1 000, 2 000,5 000,10 000,20 000, 50 000, et 100 000 roupies ; et en pièces de 500 et 1000 roupies. Les taux de change fluctuent d’une banque à l’autre, et j’ai l’impression qu’ils sont plus élevés lorsque vous prenez des petites coupures…

 

Taman Ujung, Bali

Taman Ujung, Bali

 

 Prendre une assurance voyage à Bali

 

Je n’étais pas très rassurée à l’idée de partir trois semaines à l’autre bout du monde sans assurance voyage. En Europe, nous sommes couverts avec la carte européenne d’assurance maladie. La question ne s’était donc jamais posée jusqu’à présent. Cependant, mon père a dû se faire hospitaliser d’urgence à Hong Kong il y a quelques mois, ce qui m’a fait réfléchir avant le grand départ ! On ne sait jamais ce qui peut arriver (maladie, accident… ).

Aussi avons-nous profité du salon des blogueurs voyage de Lille pour prendre rendez-vous avec ACS assurance et poser les questions qui nous taraudaient. L’assurance de notre carte bancaire ne suffisait-elle pas ?

Effectivement, non : les cartes bancaires ne garantissent par exemple pas la responsabilité civile vie privée à l’étranger, ne couvrent pas toujours l’ensemble des frais d’hospitalisation qui s’élèvent parfois à des milliers d’euros (surtout dans certains pays d’Asie ou aux Etats-Unis !), et ne les avancent pas, le cas échéant. Mieux vaut parfois prendre ses précautions et dépenser quelques euros de plus pour partir en toute sérénité.

Pour 34 € par personne pour un mois, ACS nous garantissait ainsi le remboursement à 100 % de nos frais médicaux (jusqu’à 150 000 € par personne), jusqu’à 300 € de soins dentaires d’urgence, les dommages éventuellement causés à autrui, le transport médical, le rapatriement, le retour anticipé suite au décès d’un membre de la famille… et l’assurance de nos bagages. Nous n’avons pas payé notre prestation, mais y aurions de toute façon souscrit sans partenariat, puisque je connais notre chance légendaire !

 

temple tirta empul, bali

 

 Offrandes et cérémonies

 

La population balinaise, forte de 4 millions habitants, se compose à 95 % d’hindouistes, petite enclave dans un pays indonésien majoritairement musulman. La religion est ainsi au centre du mode de vie des balinais.

Les temples se comptent par milliers : vous en trouverez partout ! Dans la cour d’une habitation, sur le flanc du mont  Batur, au sommet d’une falaise, au milieu de la jungle, au bord d’un lac… Certains sont évidemment plus importants que les autres, notamment les « neuf temples directionnels » et les « six sanctuaires du monde » .

Les balinais ne sont pas monothéistes : leur Panthéon comprend, outre la trinité hindoue (Brahma, Visnu, Siva), pléthore de divinités locales associées aux forces de la nature et aux esprits des ancêtres !

 

Offrandes, Bali, Galungan Day

 

Pour les célébrer ou leur rendre hommage, mais également maintenir l’équilibre du monde, nombre de cérémonies sont organisées… au quotidien, les offrandes, et de paniers d’offrandes confectionnés . Ces derniers sont de véritables petites œuvres d’art, composés de pétales de fleurs, de riz, de nourriture sucrée puis aspergés d’eau bénite. Un bâtonnet d’encens leur est ensuite ajouté, sa fumée portant le message aux concernés.

Certaines offrandes sont empilées sur les hôtels à l’entrée des temples ou sur les arbres sacrés (pour rendre hommage aux puissances ouraniennes, associé aux dieux ou aux ancêtres), d’autres sont disposées au sol pour apaiser les puissances chtoniennes et repousser les démons !

Lors des cérémonies, leur nombre est décuplé ! Autant vous dire que ces célébrations sont grandioses, les balinais se parant de leurs plus beaux atours et défilant ainsi en immenses processions vers les temples.

 

Nusa Lembongan, bali

Nusa Lembongan

 

La nourriture balinaise

 

Comme j’ai pu l’évoquer plus haut, la nourriture balinaise était source d’inquiétude pour Aymeric , or, c’est finalement l’un des aspects de l’île qu’il a le plus apprécié !

La cuisine balinaise est une variante de la cuisine indonésienne, basée sur une riche variété d’épices, de légumes, de viandes (mais principalement du poulet) et de poissons. Le riz est incontournable : vous devez vous attendre à ce que la plupart des plats soient accompagnés de celui-ci , à moins que vous ne préfériez les nouilles (noodles).

Parmi nos plats préférés, et les plus répandus, on peut citer :

  • Le sate ayam, des brochettes de poulet sauce cacahouètes
  • Le nasi goreng, riz frit accompagné de légumes et de poulet ou de crevettes, généralement surmontée d’un œuf sur le plat et servi avec des chips de crevettes
  • Le mie goreng, sa variante avec des nouilles
  • Le babi guling, porc rôti saupoudré d’épices locaux et arrosé de jus de coco
  • Le sate lilit, une variante du satay : il s’agit de brochettes de porc, de poissons, de poulet… mélangées à de la noix de coco puis grillées
  • Le gado gado, plats végétariens mêlant riz, légumes bouillies, tofu, sauce cacahouètes…
  • Le Cap Caï : légumes cuits dans un bouillon
  • Le kare ayam : poulet au curry
  • le thon cuit dans une feuille de banane…
  • du marlin (poisson des eaux tropicales)
  • du vivaneau (poisson également)

La nourriture balinaise est tout bonnement délicieuse, elle a été une véritable révélation et me manque déjà… Côté desserts, j’ai plus ou moins commandé la même chose à chaque repas (quand on aime, on ne compte pas), avec quelques variantes :

 

  • Le pisang goreng, un beignet de banane, généralement accompagné d’un coulis de chocolat (miam !) ou parfois saupoudré de fromage râpé… (je préfère largement sans)
  • Le Klepo, ; dessert avec une pâte faite de farine de riz gluant, coloré en vert (il contient du pandan), couvert de copeaux de noix de coco et de sucre brun. J’avoue que je n’ai pas été fan.
  • Le riz noir au lait de coco (black rice pudding), peu appétissant lorsqu’on le voit mais doux et savoureux au goût, c’est promis !

cuisine balinaise

 

L’eau à Bali

Attention, l’eau du robinet n’est pas potable à Bali ! N’en buvez donc surtout pas… et, si possible, commander des boissons sans glaçons lorsque vous êtes au restaurant.

 

Où manger ? Nos adresses préférées à Bali 

 

A Uluwatu : Warung Bejana

 

A Ubud : Arimas Warung – Dewa Warung – Warung d’Ubud – Budis Warung – Tino’s- Fair Warung (qui reverse la totalité de ses bénéfices pour soigner les personnes dans le besoin) – Ibu Yoka pour le meilleur babi guling de la ville – Acai Queen pour des Acai Bowl délicieux

 

A Munduk : Made Oka – Warung Made’s – Heaven Warung

 

A Lovina : See Breeze

 

A Nusa Lembongan : Cookies – El Good , bar and grill(nous y dînions chaque soir)

 

A Nusa Penida : Kubang Kori Yuda

 

A Sanur : Baby Monkey – Warung Macan SMS

 

cours de cuisine, munduk cours de cuisine, munduk 

 

Le téléphone à Bali

 

Bali n’est en pas en Europe, les faits d’itinérance sont donc assez élevés. La plupart des hôtels proposent le wifi mais pour être joignables tout de même en cas d’urgence ou pour communiquer avec Wayan et parfois les propriétaires de nos hébergements, nous avons pris une carte SIM sur place à notre arrivée à l’aéroport. (30 euros, valable un mois, me semble-t-il, avec 1/4h d’appels à l’étranger, au cas où).

 

Coucher de soleil, Devil tears, Bali

Devil Tears, Nusa Lembongan

 

 

 Et aussi 

 

  • Le décalage horaire est de six heures.
  • Côté vêtements, emportez des vêtements légers, mais prévoyez aussi un pull, un gilet… et un pantalon pour circuler dans les régions de montagne ou sur le mont Batur ! Il fait très froid là-haut ! Sur place, vous pourrez faire l’acquisition de sarongs, utiles pour la visite des temples !)

 

Si l’article t’a plu, partage-le sur Pinterest:

voyage et séjour de 3 semaines à bali, conseils voyage et séjour de 3 semaines à bali, conseils voyage et séjour de 3 semaines à bali, conseils voyage et séjour de 3 semaines à bali, conseils

 

Et la petite infographie du séjour…

 

infographie, 3 semaines à Bali

 

Vous pouvez aussi aimer...

5 Commentaires

Corinne - La World Coolture 27 septembre 2019 - 12 h 04 min

Super complet cet article ! Bravo !
Nous sommes contents que vous ayez été satisfaits des services de Wayan, on avait vraiment adoré tomber sur lui par hasard lors de notre séjour et on ne l’a plus quitté !
Pour ce qui est des dauphins, on n’avait pas prévu d’y aller, j’avais lu des expériences qui m’avaient vraiment refroidie notamment avec l’affluence de nombreux bateaux qui font du bruit et qui polluent, poursuivant même les pauvres bêtes. On avait décidé de ne pas cautionner et de les laisser en paix.
Pour Munduk, ça reste un regret de notre côté ! On y était à la saison des pluies et tout était inondé, avec des coulées de boue et des morts. Je tenais tellement à voir ces cascades ainsi que le célèbre lac pas très loin…
Obligés d’y retourner !

Reply
Cindy - Eatmytravel 27 septembre 2019 - 14 h 15 min

Super article merci beaucoup j’y vais tout bientôt et ton article va beaucoup m’aider ! Je vais essayer de contacter Wayan car en effet j’avais lu qu’il valait mieux avoir un chauffeur mais je n’en connaissais pas.
C’est top de voir que vous avez aimé, j’espère qu’il en sera de même pour nous. Je note tout et vous dirai !! ahah notamment les spécialités culinaires que j’ai hâte de goûter. Nous allons rester beaucoup moins longtemps que vous sur Bali mais ça nous donnera tout de même un avant gout. 🙂

Reply
Chacha Aventurière 29 septembre 2019 - 12 h 52 min

Bali, si le nom fait rêver tout autant que tes photos. Ce n’est pas une destination qui m’attire, notamment à cause d’instagram.
Nous sommes des urbains, et sur les réseaux2.0 on y voit que la nature. Ton billet m’a conforté dans l’idée de ne pas y aller car je suis certaine qu’en ville nous serions vite agacés pour le bruit & la pollution.
Ton article est très complet, et sera très utile à ceux & celles qui veulent tenter l’expérience balinaise

Reply
Pour l'amour du voyage 30 septembre 2019 - 1 h 12 min

Excellent article, riche en informations. Bali m’a toujours fait rêver, j’espère pouvoir y aller prochainement le temps que mon bébé grandisse un peu. J’appréhende de partir en Asie avec deux enfants en bas âge, ça devra donc attendre un petit peu 🙂 Je reviendrai vers ton article à coup sûr le jour où je déciderai de sauter le pas 😉 Bravo pour les belles photos.

Reply
Lionel De Beaux Lents Demains 1 octobre 2019 - 12 h 15 min

Merci Chloé et Aymeric pour ce super article ! Ca ne pouvait pas mieux tomber, nous qui voulons y aller l’été prochain, on va pouvoir regarder vos sites coup de coeur, vos bonnes adresses et ce que vous avez moins aimé. On pense y aller pendant 3 semaines. On va étudier tout ça ! En tout cas, l’article et les photos ça nous donne franchement envie !!

Reply

Laisser un commentaire

Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site web dans le navigateur pour mon prochain commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter