Un week-end à La Tremblade (Royan) : que voir, que faire, nos adresses ?

Par Chloé
promenade sur la grève, la tremblade

A l’occasion du pont de l’Ascension, nous sommes allés à la Tremblade , à deux pas de Royan . Je ne connaissais que de nom ce petit bout de France situé dans le département de Charente-Maritime en Nouvelle-Aquitaine, et encore, depuis peu, mes parents s’y étant rendus il y a quelques mois. L’invitation de Destination Royan Atlantique via l’agence Outdoo nous a donné l’occasion de découvrir plus tôt que prévu la destination. Après de nombreuses discussions, Julie et Natacha nous ont élaboré un programme Nature et Bien-Être, pour coller au maximum à nos thématiques de prédilection et nos envies du moment.

Comme je me plais souvent à le dire, au printemps et en été, j’ai besoin de VERT, de mer, de randonnées… après un certain nombre de mois d’hiver durant lesquels j’ai privilégié les city-trips… ainsi que mon plaid et mon canapé !

Notre week-end à Royan tombait ainsi à point nommé, et a eu un air de vacances avant celles tant attendues de juillet !

 

promenade sur la grève, la tremblademarché, la tremblade

Promenade sur le marché, la Tremblade, des airs de vacances!

 

Pour une première venue en Charentes, nous avons été agréablement surpris. Les lieux nous ont rappelé les Landes à bien des égards, mais finalement… tous deux ne sont guère éloignés. Je n’avais pas vraiment d’image mentale de la Charente-Maritime, je la plaçais même bien plus au nord qu’elle ne l’est en réalité sur la carte de France. Je ne me rappelle pas non plus avoir lu trop d’articles à son sujet… Bref, je partais vraiment de loin, sans clichés ni préjugés !

Et pourtant, le tourisme en Charente-Maritime constitue l’un des piliers de l’économie locale : le département est même la deuxième destination la plus touristique en France !

Nous avons découvert un territoire gourmand, très riche culturellement, sauvage et encore préservé, avec une identité forte et des habitants amoureux de leur région … (Un peu comme les Hauts-de-France, mais avec le soleil en plus^^ !) Je vous partage un ressenti, sur lequel je peux évidemment me tromper. Un week-end, c’est très court, et je n’ai fait qu’appréhender en surface cette contrée qui a su nous charmer et sur laquelle nous nous attarderons certainement plus désormais, d’autant plus qu’elle est clairement très facile d’accès.

Entre océans, nature et forêt, le Royannais offre une sacrée diversité de paysages aux amateurs de littoral ou de tourisme vert désireux de se ressourcer sans se presser !

Nous avons quant à nous séjourné à la Tremblade. Voici mon retour et mes conseils pour organiser à votre tour un séjour dans les environs !

 

 

 

Se rendre à la Tremblade : le Train des Mouettes

 

(la révélation de notre séjour !)

 

Depuis la Picardie, il est assez simple et finalement pas si long de gagner la destination Royan Atlantique, cette dernière étant relativement bien desservie par train. Nous avons préféré ne pas infliger trop d’heures de route à la Pandamobile , et avons pris un TGV jusque Angoulême puis un TER jusque Saujon. Pourquoi Saujon et pas Royan ? Tout simplement pour emprunter l’emblématique Train des Mouettes qui relie Saujon à la Tremblade en passant par Mornac et Chaillevette .
Un incontournable si vous êtes de passage dans la région ! Plus de 30 000 visiteurs montent chaque année à bord de cette ligne…

train des mouettes, royan atlantique

 

Il y a cependant un petit problème avec le temps chez cette dernière. Eh oui : le présent semble y suspendre son vol et nous propulser dans le passé, à l’ère de la Grande  heure du train à vapeur ! Wagons restaurés, locomotive étincelante… Les 120 bénévoles de l’association Trains et Traction ont bien travaillé ! Car l’histoire du Train des Mouettes, c’est avant tout celle de passionnés… Des individus de tous âges, issus de tous univers et de tous les coins de France, liés par leur amour des trains et de la région, et qui ne comptent pas le temps qu’ils octroient à leur passion. Ils se lèvent aux aurores pour mettre en chauffe la locomotive à vapeur (qui met 4h à obtenir la pression nécessaire à son fonctionnement), assurent l’entretien et la rénovation des machines, l’animation du trajet, et la formation des nouvelles recrues !

 

train des mouettes, royan atlantique train des mouettes, royan atlantique train des mouettes, royan atlantique

Une grande famille, qui nous a accueillis à bras ouverts et qui a réussi à communiquer son enthousiasme aux riverains de la ligne . Il suffit de voir le nombre de passants qui les saluent sur leur passage pour prendre conscience de leur popularité !

 

Le train des mouettes circule de mai à septembre, et je  vous laisse imaginer le nombre de bénévoles nécessaires pour couvrir l’ensemble des trajets. Tous se relaient , sourire aux lèvres. Des plannings sont mis en place, ce qui nécessite une certaine organisation. Un second travail mais non payé, somme toute ? Non, car aucun d’entre eux ne ressent la moindre pression, pénibilité. Tous se lèvent avec plaisir, vivent ces instants presque comme des vacances. J’admire leur courage et leur investissement pour cette passion dévorante, ce projet un peu fou lancé par messieurs Prineau et Verger. Je remercie encore une fois Denis et toute son équipe pour leur bonne humeur et l’accueil qui nous a été réservé.

 

train des mouettes, royan atlantique

 

Revenons-en à notre ligne touristique. Celle-ci longe la Seudre et dessert 4 gares :

  • Saujon, où nous sommes arrivés après avoir pris le TER à Angoulême, une ville thermale située à l’entrée du Pays Royannais. Nous l’avons traversée rapidement, admirant au passage le (mignon) port de Ribérou, aujourd’hui dépeuplé mais pourtant marqué par un riche passé. Plusieurs fêtes et festivals se tiennent chaque année à Saujon.

A voir également à Saujon : l’église Saint-Jean Baptiste

  • Mornac-sur-Seudre, un petit bourg médiéval classé parmi les plus beaux villages de France. Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de le visiter.
  • Chaillevette, où se situe le dépôt du Train des Mouettes, un hangar où les bénévoles d’affairent à la restauration de carcasses désossées (vous pouvez suive cela chaque mardi sur la page facebook Trains & Tractions). C’est dans ce petit village ostréicole situé sur la Rive Gauche de la Seudre que l’on peut déguster des huîtres fraîches tout en observant le travail des ostréiculteurs dans les claires. Une application mobile, « Dégustez au cœur de nos cabanes », permet de trouver rapidement les établissements accessibles ou qui proposent des dégustations au public.
  • La Tremblade, notre destination, avec son futur port qui sera construit sur l’actuelle place du marché ; et sa promenade colorée sur la Grève, animée par ses cabanes ostréicoles et ses nombreux petits restaurants.

train des mouettes, royan atlantiquetrain des mouettes, royan atlantique train des mouettes, royan atlantique

 

Le Train des Mouettes dessert donc ces 4 villages où vous pouvez vous arrêter comme bon vous semble, en surveillant en amont les horaires de passage. La balade permet également de découvrir à un rythme tout doux la campagne charentaise et les marais ostréicoles qui la parsèment. Les adeptes de slow-tourisme devraient apprécier ! (Et si vous avez des enfants, n’en parlons pas !)

A noter : Le Train des Mouettes organise également des visites thématiques certains jours de l’année. (train 1900, jeux œnologiques, train des loupiotes…)

 

Campagne autour de Royan, train des Mouettes Campagne autour de Royan, train des Mouettes Campagne autour de Royan, train des Mouettes

 

Visiter une exploitation ostréicole à Chaillevette

 

L’ostréiculture fait partie intégrante du patrimoine et des paysages de Charente-Maritime et du Royannais. Partout affleurent les marais ostréicoles et vous devez absolument profitez de votre passage dans la région pour vous intéresser un peu plus à ce métier, là encore, relève de la passion. Et ce, que vous soyez amateur / trice d’huîtres, ou pas. Je parle en connaissance de cause, je suis la fille qui visite le Guinness Storehouse à Dublin, une distillerie en Écosse, une fabrique de pastis à Marseille … alors que je ne bois pas une goutte d’alcool! Je précise même que ces voyages étaient organisés à titre personnel, sans lien avec le blog. J’aime beaucoup, en voyage, appréhender les étapes de fabrication de certaines spécialités locales, mieux comprendre leur ancrage dans la région… Une fois de plus, je me suis présentée comme une novice chez Fabien Gautret, puisque je ne consomme, à la base, pas d’huîtres. Aymeric n’aime pas vraiment cela non plus. Bref, nous partions de zéro!

Fabien Gautret, visite d'une exploitation ostréicole autour de Royan

Fabien Gautret

Le pauvre Fabien a ainsi dû nous présenter son métier en reprenant tout depuis la base.. Il nous a ainsi menés d’espace en espace dans sa propriété, nous présentant les différents types de bassin nécessaire pour l’élevage des huîtres, leurs supports de fixation, les différentes machines nécessaires à chaque étape de la culture des huîtres, les enjeux actuels dans ce domaine…

Fabien Gautret, visite d'une exploitation ostréicole autour de Royan

 

Il faut compter au moins 3 à 4 ans d’élevage à l’ostréiculteur pour faire parvenir une huître dans votre assiette. 4 années de collecte, de développement, de tri, de mise en eau des poches (à la main, à l’ancienne, chez Fabien ) puis d’affinage. Il faut également, en tout ce temps protéger les huîtres des différents prédateurs, des maladies ou des aléas climatiques! Le métier demande rigueur, science et organisation. Il est loin d’être de tout repos… Une fois la récolte faite, il faut détroquer et nettoyer les huîtres, éliminer les différentes bactéries qui pourraient s’y être logées, les calibrer et les préparer à la commercialisation.

Fabien Gautret, visite d'une exploitation ostréicole autour de Royan

Une exploitation, différents espaces…

 

Bref, la culture de l’huître requiert également un certain savoir-faire et un certain nombre de connaissances pour assurer la production d’un produit sain et de qualité.

Fabien nous a également présenté et fait goûter, après l’atelier d’écaillage (à retrouver en vidéo), aux différentes variétés d’huîtres élevées dans son exploitation : fine, spéciale, de claire… Il ne faut pas mourir bête, j’ai participé à la dégustation et plutôt apprécié celle-ci… Après, je ne serai jamais une grande fan de fruits de mer. Si vous désirez découvrir une exploitation ostréicole autour de La Tremblade et de Royan, nous vous conseillons donc celle de Fabien Gautret les yeux fermés. Celui-ci est d’ailleurs membre de la commission des Huîtres Charente-Maritime. Nous le remercions pour son accueil adorable et cet excellent moment passé ensemble!

Fabien Gautret, visite d'une exploitation ostréicole autour de Royan Fabien Gautret, visite d'une exploitation ostréicole autour de Royan

Atelier écaillage et dégustation

 

La côte sauvage à vélo

 

Nous avons consacré toute une journée à la découverte des plages du Royannais. Pour ce, nous avons emprunté un profond de la Vélodyssée (une véloroute qui traverse la Bretagne et longe l’Atlantique jusqu’à la Côte basque) depuis Ronce-les-Bains jusqu’au phare de la Coubre. Cela a été toute une épopée, la compagnie qui devait à l’origine nous fournir nos vélos nous ayant manifestement oubliés… Heureusement, Loca Services est venu à notre service justement, et nous a prêté deux vélos nous permettant de mener à bien notre programme. Il aurait été dommage de ne pas pouvoir profiter du soleil radieux qui était annoncé.

vélo dans la forêt de la coubre

J’ai d’ailleurs adoré cette sublime journée, pour tout un tas de raisons. D’une part, j’avais grand besoin de chaleur et un vrai moment au vert. Nous avons pédalé durant des heures dans la pinède de la forêt de la Coubre, un pur régal pour les sens, avec ces vues et ces senteurs! Nous n’avons pas forcément souffert de la chaleur, le sentier étant quelque peu ombragé. Au vu des coups de soleil que nous avons attrapés, cependant, prévoyez la crème solaire! Le chemin est plat, sans dénivelé, et bien que nous ne fassions pas souvent de vélo, nous avons enchaîné les 36 km aller-retour sans souffrir, et sans courbatures le lendemain. Comme quoi, l’ Aquacycling sert à quelque chose!

Le vélo me paraît la solution la plus adaptée pour longer la côte sauvage : ce serait bien trop long à pieds, et bien trop frustrant en voiture!

vélo dans la forêt de la coubre

 

En vélo, vous pouvez flâner à votre rythme, nez au vent, sans vous presser, et même avec des enfants

De plus, des parkings à vélo ont été aménagés auprès de chaque plage, ce qui est clairement très pratique! (et si vous êtes plus sportif(s)/ve(s) que nous, vous pouvez toujours emprunter les sentiers VTT)

Nous nous sommes ainsi arrêtés à chaque plage : la plage de la Cèpe, l’Anse du galon d’or, la plage de l’Embellie , la pointe espagnole, la plage de la Coubre… où nous avons pique-niqué.

À noter: À Ronce-les-Bains vous pouvez également trouver la plage Le Mus-du-Loup.

 

Nous avons été étonnés de découvrir des espaces si sauvages, encore préservés, parfois désertés, comme des secrets blottis au cœur des dunes ensablées. Des landes de sable à perte de vue, se fondant dans les vagues de l’océan. Les plages du littoral royannais valent le détour. La plupart sont surveillés par des maîtres-nageurs, celles de la Cèpe et de l’Embellie ne le sont pas. C’est d’ailleurs ces dernières que j’ai préférées, avec leur  vis-à-vis sur l’île d’Oléron.

plage de la cèpe, la tremblade

plage de l'embellie, la tremblade

plage de l'embellie, la trembladeplage de l'embellie, la trembladeplage de l'embellie, la tremblade

 

Notre parcours nous a ainsi menés au phare de la Coubre, que nous n’avions plus le temps de visiter, car victime de son succès,1/2h d’attente était nécessaire pour y accéder. Ce sera pour une prochaine fois. Je vous conseille toutefois de vous y rendre si possible dans la matinée pour ne pas rencontrer le même problème que nous. Nous nous sommes arrêtés sur les plages à l’aller, nous aurions dû les garder pour le retour^^! Le phare de la Coubre surveille l’estuaire de la Gironde depuis 1905 et indique également la présence de bancs de sable dangereux qui ont causé le naufrage de plusieurs navires. Il est le plus haut phare des côtes charentaises et offre à ceux qui gravissent ses 300 marches un panorama à 360° sur la Côte Sauvage, l’estuaire de la Gironde, l’île d’Oléron, la presqu’île d’Arvent

 

phare de la coubre, la tremblade phare de la coubre, la tremblade

 

Bref, la visite est incontournable lors d’un weekend autour de Royan… Et nous l’avons manquée! (oui, je remue le couteau dans la plaie^^!)

 

Où manger, où dormir, les adresses

 

Où manger

Chez Gaby

Chez Gaby . Bd Roger Letelié. Toutes les personnes avec lesquelles nous avons échangé nous l’ont confirmé, s’il y aune adresse où vous devez déjeuner/ dîner à La Tremblade, c’est bien celle-ci! Situé sur la Grève, le coin le plus mignon de la ville, Chez Gaby propose une carte à la fois locale et originale, et se réapproprie les mets. Chaque assiette vous garantit une explosion de saveurs en bouche. Je me suis tout bonnement régalée! Les plats maisons sont frais, goûteux, légers, élaborés à base de produits du terroir. On recommande chaudement! Au passage, sa décoration intérieure ambiance bois et filets de pêche, est très chouette également!

Menus à partir de 19,90 € par personne. Nous avons personnellement choisi celui à 26,90 euros par personne (entrée, la, serre) qui offrait plus de choix.

dîner chez gaby, la tremblade dîner chez gaby, la tremblade dîner chez gaby, la tremblade

 

Le Ponton, Bd Roger Letelié.

Chez Gaby a été une révélation, mais nous avons également beaucoup apprécié Le Ponton , sur la Grève également, avec ses moules à la plancha cuites sous vos yeux et son ambiance festive: des petits groupes s’y produisent le weekend.

Les moules me tentaient pas mal, mais comportaient de l’ail, et je n’aime pas cela.^^ Je me suis donc rabattue, sans regrets, sur une excellente galette. Les gens de mon entourage connaissent ma passion pour les crêpes, sucrées ou salées.)

L’accueil est chaleureux, la terrasse très agréable en soirée, les plats maison, et les tarifs très abordables. 41 € pour 2 pour boisson, plat, dessert. Que demander de plus? On vous recommande donc également!

promenade sur la grève, la tremblade

 

Où dormir

 

La Belle Epoque

Nous avons dormi à La Belle Epoque (29 Rue Foran), un petit hôtel-logis familial et convivial,où, comme partout dans le Royannais, nous avons été chaleureusement accueillis. Pour citer Aymeric, très surpris:” Mais ici, ils sont aussi sympa que chez nous!?” . Il faut dire que nous avons été plusieurs fois apostrophés dans la rue, tantôt pour nous donner des conseils, tantôt pour nous faire une plaisanterie, ou encore pour nous parler du t-shirt “Haut&Fort” d’Aymeric. (” Vivre d’amour et de Hauts-de-France). Les Charentais et Charentaises (pas les chaussons… Pardon, j’étais obligée 🙂 ) semblent donc, comme je l’ai dit en introduction, plutôt chaleureux.

Revenons-en à nos moutons, moutons que nous n’avons pas comptés pour nous endormir à la Belle époque le soir après nos longues journées.

De plus, la literie était très confortable, exception faite des oreillers un peu trop plats pour mes cervicales capricieuses! Nous ne pouvons que saluer la propreté des lieux récemment rénovée et de notre chambre, spacieuse, et bien située, à deux pas de la Grève et avec un grand parking pour ceux qui sont motorisés. Quant au petit-déjeuner, il était copieux et frais. Merci pour ce petit séjour parfait!

À noter : l’établissement ne comporte que 7 chambres, ce qui garantit un semblant de tranquillité. Vous pouvez également prendre vos repas dans le restaurant de l’hôtel, les menus ne sont pas très chers.

nuit à l'hôtel belle époque, la tremblade

 

 Où acheter de quoi  faire un bon pique-nique

 

 Boucherie de la Seudre, 6 rue Foran, La Tremblade

 

promenade sur la grève, la tremblade promenade sur la grève, la tremblade promenade sur la grève, la tremblade promenade sur la grève, la tremblade

Balade le long de la Grève, la Tremblade

 

Où réserver des vélos :

 

Chez Loca Services : 23 Avenue du Monard, 17390 La Tremblade

 

vélos, plage de la cèpe, loca services, la tremblade

 

 

Et autour de la Tremblade ?

N’hésitez pas à arpenter la station balnéaire ambiance fifties de Royan, passer une journée ou deux sur l’île d’Oléron, visiter les habitations troglodytes dans la falaise de Meschers ,  les grottes du Régulus, l’église romane de Talmont, la maison de l’estuaire à Saint-Georges de Didonne, randonner à Saint-Palais-sur-Mer…

 

D’autres idées à nous conseiller?

 

week-end la Tremblade , Royan Atlantique, que faire week-end la Tremblade , Royan Atlantique, que faire week-end la Tremblade , Royan Atlantique, que faire week-end la Tremblade , Royan Atlantique, que faire

 

Vous pouvez aussi aimer...

4 Commentaires

Charlotte 20 juin 2019 - 16 h 50 min

Ah ce petit bout de France comme je l’aime… Je suis très heureuse de voir que vous ayez apprécié votre venue dans notre beau département et ce petit coin (de Royan à La Tremblade) où j’ai passé toutes mes vacances enfant puisque c’est ici que vivent mes grands-parents! Les pistes cyclables de la forêt de la Coubre sont celles qui m’ont vue faire mes premiers coups de pédales en vélo! Et les plages de la Côte Sauvage, mes premiers châteaux de sable et gamelles en surf 😀 J’aime sincèrement tous ces endroits et bien que certains recoins puissent sembler “secrets” durant le hors saison, en juillet-août c’est archi bondé! Par contre, c’est à ce moment-là que l’on trouve une des spécialités culinaires que j’adore à La Tremblade: les éclades de moules!!!! 😀

Reply
Mathilde 21 juin 2019 - 16 h 27 min

Je connais pas trop les Charentes mais ça à l’air très chouette ! Ca devait être intéressant de visiter l’ostréiculteur (j’aime pas les huîtres non plus – sauf cuites ca passe déjà bcp mieux) mais je trouve aussi intéressant de voir les coulisses de l’alimentation surtout quand ce sont des petits producteurs qui font ça de manière artisanale !
Sinon ça à l’air vraiment chouette le Train des Mouettes, je connaissais pas du tout mais j’aimerais y faire un tour !

Reply
Résé 24 juin 2019 - 8 h 55 min

oh quel chouette vraie balade ! eh oui !! ici les gens sont simples, gentils et vrais! on parle bien évidemment du vrai cul salé, pas celui qui vient s’installer en pensant qu’ici, tout va être facile et prend les gens du crus pour des imbéciles (mais on aime bien passer pour des simples d’esprit 😀 )
Revenez de juin à septembre (c’est la saison ( eh oui ! il y a des saisons même pour le poisson ) manger une terrée ! à goûter au moins une fois !
Mais le charentais est quand même un peu plus renfermé que par chez vous, là haut !
A très vite alors!
Allez visiter l’ile madame (à pied ) mais chut ! c’est un endroit tellement magique ♥ ne le répétez pas !!

Reply
Marin Marjorie 28 juin 2019 - 21 h 34 min

Quelle plaisir de lire cette article, je suis une trembladaise amoureuse de sa région, un vrai cul salé comme on dit. C’est un bonheur de grandir ici, d’apprendre à faire du vélo en forêt, de passer ses journées à la plage quand on est ado… Vive la Charente maritime !

Reply

Laisser un commentaire

Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site web dans le navigateur pour mon prochain commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter