Visiter Venise le temps d’un week-end (4 jours) : que faire, nos conseils

Par Chloé
Visiter Venise le temps d’un week-end (4 jours) : que faire, nos conseils

Ah Venise …

Venise, Venise, Venise. Une cité hors du temps. Un charme suranné. Des rues suspendues entre le ciel et la Terre et aux mille merveilles… Des Palais hantés par l’histoire, aux façades richement ornementées, dans lesquelles sont encore inscrites la gloire et la splendeur passées.  Un métissage de cultures, de couleurs, d’ornements et de décorations. Venise est unique. Magique. Un joyau, finement ciselé au cours des siècles. J’avais tenté de réfréner mon enthousiasme, consciente du risque d’être déçue par une promesse trop alléchante pour être honnête, de ne pas adhérer aux clichés d’une ville peut-être surfaite. Dès notre arrivée, les barrières que j’avais faiblement édifiées ont cédé sous l’impulsion de mon cœur battant. Venise m’a émue, conquise, laissée pantoise… A chaque pas, le rêve s’est esquissé tel que j’avais pu l’imaginer, prenant peu à peu vie et réalité. Qu’on l’aime ou la déteste (est-ce possible, cependant ?), Venise ne peut pas laisser indifférent.

Majestueuse, monumentale, singulière et belle tout simplement, la Sérénissime surgie hors des eaux trône désormais au sommet des plus incroyables villes qu’il m’ait été donné de visiter… Je me sens si chanceuse d’avoir pu la fouler, d’avoir cette possibilité de voyager à mon gré, de découvrir des univers presque irréels et de donner vie aux images les plus folles qui se pressent  en permanence dans mon esprit…

Venise me faisait de l’oeil depuis un moment. Vous connaissez ma passion insatiable pour l’Italie. Après Milan, Florence, Naples, Rome, la Sicile ou la Sardaigne, je rêve encore de retrouvailles sardes, de Pouilles, de Cinque Terre, de Bologne, de Côte Amalfitaine ou de Dolomites. C’était d’ailleurs le plan initial… J’avais réservé nos vols pour Trévise depuis un moment. De là, nous devions louer une voiture et partir 4 jours à l’assaut des Dolomites. Et puis la météo et les orages s’en sont mêlés. Il nous aurait fallu nous lever très tôt pour en profiter, à une semaine de la rentrée, après un mois et demie de vadrouille et avant cinq  derniers jours à Marseille. Aymeric n’aime pas vraiment conduire sous les orages, et bref, sans nous justifier plus, nous avons pris la (sage ?) décision de reporter le voyage et de nous garder un peu d’énergie pour nos petits élèves^^ ! Tout était annulable gratuitement, sauf l’avion, et notre plan de secours, Venise, plutôt avenant.

J’avoue que je craignais quelque peu la chaleur et la foule. De base, j’avais envisagé un city-trip vénitien en hiver, le tarif des hébergements nous avait quelque peu découragés, et puis Rome s’était imposée comme une évidence.

Il semblerait qu’envers et contre tout, le destin avait programmé cette rencontre avec la Sérénissime pour cette année. A moins que mon inconscient ne s’en soit mêlé ?

Voici notre petit guide pour organiser votre week-end à Venise en toute sérénité : comment s’y rendre, où loger, s’y déplacer, que voir, où manger… Tous nos conseils sont ci-dessous !

 

lion, place saint-marc, venise

 

 

 

1-Se rendre à Venise

 

La ville est desservie en train, en bus et par deux aéroports, Marco Polo et Venise-Trévise. Nous avions réservé nos allers-retours via Ryanair pour environ 80euros par personne (en pleines vacances scolaires, puisque nous sommes enseignants, évidemment). Il n’est pas rare de voir apparaître des vols à moins de 50 e hors vacances scolaires.

De là, plusieurs options s’offrent à vous pour regagner le centre de Venise : taxi, vaporetto (depuis Marco Polo mais pas Trévise), ou bus. Cette dernière est la plus rapide et la moins coûteuse.

Depuis Trévise, nous avons ainsi regagné la Piazzale Roma en une quarantaine de minutes, pour 22e l’aller-retour par personne. Les tarifs sont moins élevés pour Marco Polo qui est plus proche. Nous avions choisi un eu par hasard la compagnie Actv, mais d’autres, comme Terravision, effectuent le même trajet.

Comme je vous l’ai expliqué, le bus vous déposera Piazzale Roma, juste après le large pont qui relie Venise au continent, et à deux pas de la gare. Aucune voiture ne circule à Venise, vous ne croiserez aucune route^^ ! Pour regagner le centre-même de l’île, utilisez vos pieds ou empruntez le vaporetto !

 

grand canal, gondoles, venise

 

2-Où loger à Venise, réserver un hébergement à Venise

 

Je ne vais pas vous mentir, les hébergements sont hors de prix à Venise, et c’est franchement décourageant, voire rédhibitoire ! Pour ne pas avoir à vendre un rein, nous sommes donc passés par Air Bnb avec deux uniques exigences : la propreté et l’emplacement. A deux semaines de l’échéance, nos choix étaient limités, mais nous nous en sommes bien tirés.
Mieux vaut réserver votre hébergement dès que possible, quelques semaines en amont.

Venise est décomposée en  6 quartiers (sestieres) .

Dans un premier temps, je vous conseille de dormir SUR l’île. Pas mal d’hôtels ou AirBnb proposent des tarifs plutôt corrects en-dehors de Venise, ou vers Mestre… Certes, leurs prix seront plus attractifs, mais vous dépenserez une fortune et un temps considérable chaque jour pour rejoindre les quartiers qui vous intéressent. (Les transports sont vraiment chers à Venise).
Nous logions quant à nous dans le Cannaregio.  Les tarifs sont encore corrects, le quartier bien situé (nous nous situions à une vingtaine de minutes à pieds de la place Saint-Marc), les ruelles calmes. Dans la même veine, je vous conseille de surveiller les hébergements du Castello ou du Dorsoduro. Nous nous sommes acquittés de 276 euros pour deux pour nos 4 nuits. La décoration de notre chambre était quelque peu spéciale, la salle de bain étroite, mais le lieu très propre et équipé d’une cuisine. Je rappelle que nous avons entrepris nos recherches très tard et je pense qu’en vous y prenant assez tôt, vous pouvez trouver quelque chose de plus sympa. Personnellement, nous étions plutôt satisfaits. L’été, en voyage, nous rentrons tard et partons tôt, nous ne restons pas vraiment enfermés. L’hiver, c’est une autre affaire, par contre^^ !

 

vue sur venise depuis le Fondaco dei Tedeschi

 

 

3- Se déplacer à Venise

 

Nous avons effectué tous nos déplacements à pieds et je pense que c’est clairement la solution la plus agréable (et parfois la plus rapide) pour profiter pleinement de la ville. Par contre, on ne compte pas les kilomètres… ! Si vous ne vous sentez pas capables de marcher toute la journée, et ce n’est pas une honte, attention, chacun ses capacités, prévoyez tout de même un budget conséquent pour le vaporetto (un bus sur l’eau 🙂 ), la seule façon d’aller d’un point à l’autre de Venise, puisque les voitures n’y circulent pas.

Un trajet valable 75 min coûte 7,50 euros, un pass 24heures 20 euros.

Si vous comptez visiter les îles vénitiennes (Murano, Burano, Torcello), je vous conseille donc de prendre un pass 24 heures, comme nous. Il sera bien amorti. Nous étions partis assez tôt de Venise, et rentrés vers 16-17heures. Nous avons alors profité de notre pass pour longer le Grand Canal qui coupe la ville en 2 en vaporetto (ligne 1). Il est impossible, autrement, de suivre ses rives à pieds, et prendre le bateau est donc la seule solution pour admirer l’ensemble de ses palais et élégants bâtiments.

Bref, si vous prenez un pass, profitez-en pour caser tous vos déplacements en vaporetto la même journée^^ !

Le dernier jour, nous avons également pris des billets simples pour Giudecca. Le ticket coûte 7,50 euros et est valable 75min, le temps parfait pour longer l’île ! A Venise, tout est question de calcul, haha !

 

canaux, venise

 

4- Le Venezia Unica City-Pass

 

Nous ne réservons pas très souvent de pass lors de nos city-trips à l’étranger, excepté lorsque quelques visites culturelles nous intéressent et que les tarifs sont relativement avantageux. C’était ici le cas, et j’ai beaucoup apprécié le concept du pass Venezia Unica, qui offre plusieurs types de prestations. Je l’ai très mal expliqué dans le vlog, alors je vais essayer d’être courte et concise ici^^ !

La Venezia Unica City Pass est une carte touristique que l’on peut personnaliser et créer sur mesure, selon ses besoins. Ainsi, on peut se contenter d’y ajouter les quelques visites et sites qui nous intéressent, pour regrouper sur le même papier toutes nos réservations (de musées, églises, transports, et même toilettes publiques) et avoir accès aux coupe-files ou au passage, bénéficier de réductions sur lesquelles on ne crache jamais. Il suffit d’aller sur le site concerné et de glisser dans son panier les activités et services qui nous plaisent. L’offre est donc flexible et personnalisable, et permet de gagner un peu de temps et d ‘argent.

Par ailleurs, le site propose également différents pass thématiques, super avantageux lorsque vous avez moins de 30 ans, et nous nous sommes laissés tenter par l’un d’entre eux.

Ainsi, pour 28,90 euros, j’ai pu visiter le Palais des Doges, les musées de la place Saint-Marc, le théâtre de la Fenice, la Fondation Querini, et 3 églises du Chorus Pass.

 

église, week-end à Venise

 

 

5- Aparté : tourisme et touristes : visiter Venise à l’écart des foules

 

Ce n’est un mystère pour personne : Venise est une ville hyper touristique. Je pense que ses rues sont plus calmes hors vacances scolaires (mais nous sommes profs), et en hiver, avant le carnaval, du moins. Et s’il fallait vraiment choisir une période, on m’a déjà dit que septembre était la période idéale pour découvrir la Sérénissime.

Aussi mon entourage a-t-il fait les gros yeux à l’annonce de notre week-end en plein mois d’août. Je me suis rassurée à l’idée qu’à cette époque de l’année, les touristes préféraient probablement le bord de mer aux cités étouffantes.
Pas vraiment, en fait.

Et pourtant, très très honnêtement, nous avons passé 4 jours plutôt tranquilles à Venise, limite aussi paisibles que dans notre ville.

Il faut se visualiser une chose. A Venise, les touristes se pressent uniquement place Saint-Marc, sur le Pont des Soupirs, dans les artères commerçantes de San Marco, à Murano et Burano après 10h, et dans la Strada Nova du Cannaregio. C’est tout. Rien de très compliqué, en quelque sorte. Evidemment, inutile de préciser que l’atmosphère est tout bonnement étouffante dans les lieux cités ci-dessus, été comme hiver je pense.

Je ne vous dirai pas de faire l’impasse sur eux : ce n’est pas parce qu’un lieu est populaire qu’il démérite notre attention, au contraire : la basilique Saint-Marc est un petit bijou, sa place éponyme son écrin, Burano a été un véritable coup de cœur pour moi…

Mais ce n’est pas en leur cœur, ou qu’en leur cœur, que vous palperez l’âme de Venise. Qui plus est, ce sont principalement des lieux de « passage », qu’on admire en les traversant. Je veux dire… Vous n’iriez pas à Paris sans saluer la Tour Eiffel… de même que vous ne resteriez pas tout votre week-end aux pieds de la Grande dame non plus. Vos quelques jours sur place vous paraîtraient bien longs. De même pour Venise. San Marco est belle, mais on passe rarement une journée entière sur la même place… !

 

ruelles, week-end à Venise

 

Je ne comprendrai jamais pourquoi une majorité de personnes s’entête à ne pas s’excentrer. Aussi, même en plein mois d’août, nous avons pu arpenter de nombreux lieux vénitiens peut-être moins emblématiques, mais tout aussi incroyables, VIDES : les ruelles du Dorsoduro ou du Castello, sans parler de celles du Cannaregio, la fondation Querini , Torcello, Mazzorbo (la petite île reliée à Burano), certaines églises comme celle dei Miracoli, l’île de Giudecca, le musée Carrer…

Pour les coins plus touristiques, il suffit d’être un peu matinal. Il y a très peu de monde dans les ruelles de San Marco avant 9h, nous les avons parcourues chaque matin en toute sérénité. De même pour Burano : nous avions pris le vaporetto de 8h10, étions moins de 10 à son bord, et avons eu l’île pour nous pendant presque 1h…

Nous n’avons pas pu éviter la foule au sein de la basilique Saint-Marc, mais avons pu y pénétrer sans trop de souci en arrivant vers 9h (ouverture à 9h30).

Concernant le Palais des Doges, il est plutôt tranquille à l’ouverture également, et personne ne semble s’intéresser aux autres musées compris dans le billet d’entrée. Ils sont pourtant intéressants et très complets !

 

Pour résumer en quelques points :

  • Pour les coins touristiques : venez avant 9h / après 20h
  • En journée, excentrez-vous dans les sestieres et musées un peu plus délaissés :- Dorsoduro – Castello – Cannaregio – Musées Saint-Marc – Fondation Querini -Giudecca -Campanile de Santa Maggiore…
  • Soyez curieux, perdez-vous !
  • Pour Burano/Murano : prenez l’un des premiers vaporettos, et n’hésitez pas à jeter un œil à Torcello ou Mazzorbo.

 

ruelle du cannaregio, week-end à Venise

 

 

6- Idée d’itinéraire pour 4 jours à Venise, inspiré du nôtre

 

Jour  1:

 

Arrivée, balade libre, se perdre dans les ruelles entre Cannaregio et Castello.

 

A voir dans le Cannaregio : le Ghetto (quartier juif) et ses synagogues, l’église Santa Maria dei Miracoli, la Nuova, l’église Santa Maria Di Nazareth, le musée Ca’ D’Oro

 

A voir dans le Castello : la Biennale d’art, le jardin de Napoléon et ses tortues, la libreria Acqua Alta, l’arsenal, le Campo Zanipolo, les églises  Santa Maria Formosa, San Francesco della Vigna ou San Zaccaria…

 

 

                 Jour 2 : Autour de la place Saint-Marc

 

Basilique Saint-Marc et palais des Doges le matin, musées et Pont des Soupirs l’après-midi (Correr, Biblioteca Marciana).

Balades dans les ruelles attenantes (l’été, si vous n’êtes pas agoraphobe, du moins !)

Théâtre de la Fenice.

Eventuellement San Giorgio Maggiore en fin de journée.

 

soleil tombant, place saint marc, vue sur San Giorgio Maggiore

 

                Jour 3 :

 

Autres visites culturelles (comme la Fondation Querini pour nous… ou la Galleria dell’Accademia, le musée Guggenheim…)

Dorsoduro, avec en chemin, une pause au Fondaco dei Tedeschi pour bénéficier d’une jolie vue sur la ville.

Et pourquoi pas une fin de journée à Giudecca ?

 

A voir dans le Dorsoduro : la Gallerie Dell’accademia ou le musée Guggenheim, le palais Ca’Rezzonico, la Basilique Santa Maria della Salute, l’église San Pantalon ou ognissanti, le Squero San Trovaso (réparation et fabrication de gondoles)…

 

                Jour 4 : Îles vénitiennes

 

Burano -> Mazzorbo -> Torcello -> Murano

Et pourquoi pas profiter de son pass 24 heures pour longer en fin de journée le Grand Canal ? (vaporetto 1)

 

A voir à Burano : ses couleurs, le musée de la dentelle, l’église San Martino

A voir à Torcello : la magnifique Cathédrale Santa Maria Assunta (désolée, photos interdites, vous n’en verrez pas ici), le pont du Diable (et ses légendes) sans parapet, l’église octogonale de Santa Fosca

A voir à Murano : le musée du verre et les verreries

 

visite burano, week-end à Venise

Burano

 

7-Nos coups de cœur et déceptions

 

Coups de cœur :

 

  • Le dédale de ruelles perchées sur les canaux : on se croirait dans un autre monde, tiré de mes romans fantasy.
  • Burano et ses couleurs, une île fantasque et à part, photogénique à souhait. Un arc-en-ciel personnifié.
  • Le palais des Doges, pour sa magnificence. La visite est instructive et en met plein les yeux.
  • Giudecca, pour sa vue sur Venise.
  • Prendre la ligne 1 et longer le Grand Canal vers 18h avec de magnifiques couleurs (soleil tombant)
  • Santa-Maria della Salute, pour sa coupole et ses belles œuvres (dont les noces de Cana du Tintoret), son pavage en marbre si parfait, et sa forme ronde si particulière.
  • Les ruelles du Cannaregio.
  • La Basilique de Torcello, un plongeon au Moyen-äge…
  • La nourriture. Je pourrais me nourrir de pâtes italiennes et de gelati toute ma vie sans me lasser !
  • La vie sans voiture. On a du mal à se figurer la scène avant d’y être, mais elle est vraiment singulière et reposante !
  • L’impressionnant théâtre de la Fenice et son histoire si chargée. Le phénix renaît toujours de ses cendres. Une visite à ne pas manquer !
  • Le musée Correr et la visite des sublimes appartements impériaux de l’impératrice Sissi lorsqu’elle venait à Vienne. Et la salle de bal… ❤!
  • La Fondation Querini et son cadre, l’occasion de découvrir un authentique palais vénitien.
  • L’église dei Miracoli, un petit bijou bien caché !
  • La vue depuis la terrasse du magasin Fondaco dei Tedeschi, le bon plan déniché chez Lucie . L’entrée est libre , mais mieux vaut réserver votre place sur Internet en amont, cela prend 2 min et ne coûte rien.

 

Déceptions :

  • Après Burano sans touristes, puis Mazzorbo et Torcello, je n’ai pas vraiment adhéré aux ruelles non dénuées de charme mais un peu mercantiles de l’île. Si vous désirez ramener un chouette souvenir de Venise, vous devriez cependant trouver votre bonheur sur l’île des souffleurs de verre ! J’y ai dégoté un joli bracelet, par exemple. J’ai suivi mes propres conseils et nous nous sommes excentrés, dans des ruelles plus calmes et sereines.

 

On aurait également aimé mais il aurait fallu rester une semaine à Venise :

  • Découvrir d’autres musées (musées Guggenheim…)
  • Prendre un cours de gondole : 85 euros pour 2 le cours d’1h00 contre 80 euros pour une balade d’une demi-heure en gondole….
  • Gagner San giorgio Maggiore et monter au sommet de son campanile.
  • Visiter les jardins de la Biennale.

 

façade, week-end à venise

 

 

8- Où manger à Venise

 

J’avais noté quelques adresses très conseillées à Venise, notamment Casa Mia et l’osteria Bea Vita, toutes deux fermées (vacances)  lors de notre passage ! A vous de les tester et de me dire ce que vous en pensez^^ !

 

  • Notre coup de cœur : la trattoria ai Cugnai dans le Dorsoduro : les pâtes sont délicieuses, l’accueil super chaleureux, les tarifs abordables (une trentaine d’euros plat+boisson pour 2)… Nous avons découvert cette adresse le dernier jour, c’set dommage, je crois qu’autrement, nous y aurions été fourrés chaque midi !
  • Toujours dans le Dorsoduro, les pizzas de la Pizzeria Al Volo sont très bonnes !
  • J’ai été conquise par les glaces et frappés de Gelato di Natura (San Giacomo dall’Orio, San Croce)
  • Dans le Cannaregio, la Trattoria do Mimmo : bon, simple, copieux authentique et abordable (13 euros le menu) !
  • A Torcello : Al trono di Attila, à deux pas du pont du Diable: même combat, les pâtes sont juste parfaites , l’accueil agréable… Que demander de plus ?
  • Je n’ai pas forcément noté les adresses des autres gelaterias sur lesquelles nous avons jeté notre dévolu mais sachez qu’à Venise, vous serez servis question choix !

 

A noter : si les feux de cheminée et fours à bois sont interdits à Venise, on y trouve toutefois de très bonnes pizzas

 

gelato, venise

 

9- Budget pour 4 jours à Venise

 

Venise est une ville assez chère, bien moins abordable que Prague ou Rome visitées cette année par exemple.

Voici notre budget pour 2 :

  • Avion : 160 euros
  • Hébergement : 276 euros
  • Nourriture (un restau par jour, courses ou parts de pizza le soir, et glaces la journée haha) : 217 euros
  • Transports : 79 euros
  • Visites : 77,80 euros

 

Total : 809, 80 euros pour 2 pour 4 jours en août, tout compris donc.

 

grand canal, venise, week-end

 

 

 

10-  Remarques en vrac

 

  • On nous avait mis en garde contre les odeurs nauséabondes de la ville en plein mois d’août. Ou nous avons un sérieux problème d’odorat, ou nous sommes tombés une bonne semaine. En tout cas, rien à voir avec les odeurs d’épandage dans les champs picards l’été, haha !
  • Chaussez-vous bien ! On marche énormément à Venise, les rues sont certes plates, mais on enchaîne très vite les kilomètres !
  • Il n’y a pas de décalage horaire avec la France.
    On a apprécié croiser maintes fontaines dans les rues vénitiennes, pour rempoter au fur et à mesure nos bouteilles.

 

vue sur santa maria della salute, giudecca

 

J’espère que l’ensemble de ces conseils vous seront utiles et vous aideront à planifier au mieux votre séjour à Venise… On se retrouve très vite avec un Venise jour par jour, haut en couleurs et riche en clichés ^^ !

 

Pin it!

 

week-end à venise week-end à venise

Vous pouvez aussi aimer...

8 Commentaires

Lucie 9 octobre 2018 - 7 h 54 min

Très sympa cet article, et merci pour la mention
Je suis contente que vous ayez apprécié la gastronomie vénitienne, souvent, c’est la déception principale ! Par contre pour les pizza, c’est vrai qu’il y en a des correctes (moi aussi j’en mange de temps en temps), mais globalement je le déconseille car c’est le meilleur moyen de tomber sur un mauvais restau (surtout s’ils font tout, de la pizza à la carbonara en passant par le poisson)

Reply
Martine 9 octobre 2018 - 9 h 03 min

Merci pour ce billet et votre vidéo, Venise est une ville que j’adore.
Depuis Marco Polo nous sommes arrivés à Venise par water bus de la compagnie Alilaguna. C’est majestueux de voir la ville se rapprocher et arriver au pied du Palais des Doges. Notre hôtel était situé à 2mn à pied de la Place St Marc.
Nous sommes partis la dernière semaine de mars et avons eu un temps splendide. A cette période peu de monde, j’ai d’ailleurs du mal a imaginer Venise pleine de touristes tellement je l’ai découverte paisible juste comme il faut. Avons fait quasiment les mêmes visites que vous, sommes restés 5 jours pleins et avons visité l’ile cimetière de San Michele.
Il y a tant de pays proches ou lointains à visiter dans le monde, mais votre billet me rappelle que j’ai toujours envie de revenir à Venise….

Reply
Arzu 9 octobre 2018 - 17 h 06 min

Enfin un article super sur Venise ! Et les photos, j’en parle même pas <3

En général je suis assez déçue des articles sur Venise parce que je vois que les gens n'ont fait que 2 sestieri en plus de 3 jours sur place et je comprends pas. Tout le monde a sa propre manière de voyager et de profiter d'un séjour, certes, mais lire et voir que les gens ne se concentrent que sur San Marco et Rialto et affirment ensuite que la foule était horrible, ça me laisse assez perplexe. C'est pas comme si Venise était une grande ville où les distances sont un frein : tout est si proche, c'est un mini village en réalité et il suffit de s'aventurer dans les ruelles pour sortir du cœur et découvrir la Venise authentique où les habitants vivent.

Enfin bref, j'ai beaucoup aimé cet article et tes conseils et je te remercie pour avoir su comprendre cette île unique 🙂

Reply
Frédéric 10 octobre 2018 - 8 h 40 min

J’ai la chance de m’être rendu à de multiples reprises à Venise (toujours en été) et je confirme tes propos, Chloé. Je rajouterai que c’est un enchantement de pouvoir flâner dans les ruelles la nuit tombée, passants et touristes semblent y mener une folle farandole. Il y a beaucoup de découvertes culinaires à y faire. Un bémol : les Vénitiens sont en voie de disparition, pourtant il est plaisant de discuter avec eux sur leur quotidien et l’évolution de leur magnifique cité. Ciao, ciao !

Reply
Soa 10 octobre 2018 - 9 h 35 min

Venise reste un de nos beaux projets de voyage (ou d’escapade) mais il faut avouer que l’ambiance qui y règne nous freine un peu après des anecdotes d’agressions et de mauvais accueil des étrangers. Merci pour ces photos qui nous aideront à patienter !

Reply
Bello 10 octobre 2018 - 22 h 42 min

Merci pour ton article d’une grande richesse. Je le conserve en favoris au cas où on déciderait de prévoir un voyage à Venise 🙂

Reply
eimelle 13 octobre 2018 - 9 h 49 min

une ville que j’adore aussi! e

Reply
Jomaya 18 octobre 2018 - 12 h 52 min

J’adore l’Iatlie aussi, mais je ne sais pas pourquoi je ne suis pas attirée par Venise. Peut être à cause de la foule ou de peur d’être déçue, on a vu tellement d’images de cette ville … ton reportage est chouette, on a presque l’impression que vous êtes seuls au monde sur tes images …

Reply

Laisser un commentaire

Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site web dans le navigateur pour mon prochain commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter